COORDONNÉES

819 944-8484
362 rue Notre-Dame 
Champlain, Québec 
G0X 1C0
  • Page Linkedin d'Autrement d'ici
  • Page Facebook d'Autrement d'ici

Redevenir d'ici

03/12/2018

 

 

Il y a de nombreuses façons de renaître à soi-même. On dit de la santé parfaite qu’elle ne connaît pas les joies de la guérison, mais justement, nous ne sommes pas en mesure de nous accorder une note parfaite au bilan de notre vie sociale, à celui de notre identité ou encore au bulletin de la manière avec laquelle nous échangeons avec les nouveaux arrivants.

 

Il peut arriver qu’à l’intérieur d’une seule personne et d’une seule vie surgisse un élément nouveau, un développement inattendu auquel tout ce qui n’a pas bougé devra s’ajuster. Dans tout ensemble, la modification d’un seul élément suffit pour enclencher chez tous les autres l’obligation de se revisiter à la lumière de la nouveauté. Nous faisons cela à tous les jours inconsciemment, car il s’agit de micro-ajustements, mais quand vient le temps d’avoir à s’arrêter pour considérer une modification plus notable, nos réflexes quittent alors le terrain des automatismes. Ainsi, la nouveauté en nous et celle venant de l’extérieur déclenchent à peu près les mêmes réactions. Une fois cela assumé, nous réalisons que notre accueil de l’autre est calqué sur celui que nous nous accordons à nous-mêmes au moment d’intégrer une nouveauté, qu’elle soit évolutive ou non.

 

Par le simple jeu du miroir, ce n’est pas seulement la société prise globalement qui dévoile sa position, mais également celle de chaque individu la composant. Aucune société n’étant homogène, il peut arriver aux plus accueillantes d’entre elles de faire vivre des expériences navrantes à certains immigrants comme il peut arriver aux pires d’offrir un accueil des plus humains par l’entremise d’un hasard ayant fait se rencontrer les bonnes personnes.

 

Les siècles continuent de défiler, les sciences du comportement et tout ce qui touche à l’anthropologie poursuivent leur avancée pour affiner leur compréhension, mais le « Connais-toi toi-même… » continue à faire figure d’autorité dans toute démarche pour une espèce désireuse de se comprendre elle-même et ce, vingt-cinq siècles après que Socrate nous eut rappelé l’importance de l’inscription de Delphes. Si cette sagesse qui nous parvient du lieu de naissance de l’Occident a encore du mal à se frayer un chemin dans nos esprits, il ne faut pas se surprendre que nous nous sentions déstabilisés dès que se produit le moindre glissement sur le terrain de la familiarité de nos existences.

 

Accueillir l’autre nous pousse à nous redéfinir nous-mêmes, à nous consolider pour mieux transmettre. Le même phénomène préside à toute forme d’enseignement, puisque rien ne nous familiarise davantage avec un sujet donné que d’avoir à l’enseigner. Ce pourrait-il incidemment que ce soit quand l’autre arrive qu’il nous incombe le plus solidement de nous connaître ? N’est-ce pas quand la différence surgit qu’il faut avoir consolidé ce qui était déjà connu ?

 

Les divers défis auxquels nous confronte notre société auront toujours leur contrepartie en chacun de nous. Sachant cela, nous nous savons capables d’agir sur le tout et de l’influencer pour lui donner une couleur correspondant mieux à nos aspirations sociales et personnelles, les deux étant toujours inextricablement entrelacées.

 

Qu’une responsabilité soit collective ou individuelle, le fait d’en prendre acte peut parfois donner le vertige et c’est pourquoi la cohésion d’une société devient si importante au moment d’avoir à servir de filet de protection ou de boussole pour orienter la suite des choses.

Partagez
Please reload

Posts Récents

February 22, 2019

March 12, 2018

Please reload

Posts à l'affiche

Préparation à la mobilité internationale

10/08/2019

1/3
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square